Comment devenir végétalien ?

Publié le par Marouflette

TOUT D'ABORD LAISSEZ MOI VOUS ANNONCER QUE JE SUIS VÉGÉTALIENNE DEPUIS PLUS DE DEUX MOIS.
voilà.



 

ayyyyye

ayyyyye

Du coup, j'ai pensé que ce serait une bonne idée de communiquer mes mini-astuces pour arriver au bout de la transition. Cet article s'adresse davantage aux personnes qui ont du mal à passer de végétarien à végétalien.
Cette idée d'article me vient d'un commentaire que j'ai reçu il y a quelques jours. Ca m'a rappelé que beaucoup de personnes, dont je faisais partie, galèrent à devenir complètement végétalien, parce que voilà, le fromage c'est cool, qu'on ne sait pas par où commencer etc.
Pour ma part, j'ai toujours eu en tête d'être vegan, mais ça on s'en fout. Du coup faut quand même préciser que j'ai jamais pensé à troquer ma conso de viande/poisson/fruits de mer par une conso d'oeufs/fromage, j'ai rapidement essayé de chercher des alternatives. 
Mes deux blocages principaux étaient dus : 
- au fait d'être invité chez les autres (mmmmh, la ptite raclette pleine de souffrance ! Bon, j'vais pas déranger hein, tant pis)
- au fait d'aller au restaurant (eh oui, les plats veggie c'est déjà rare sur les cartes de restaurants en France, mais alors vegan, OULAH, faut pas trop en demander non plus hein..)

attention les gars ça rigole plus

attention les gars ça rigole plus

 


1. D'ACHETER DES PRODUITS D'ORIGINE ANIMALE TU ARRETERAS.
 

C'est tout con, hein. Mais quand on a pas de produits d'origine animale chez soi, on évite d'en consommer. Du coup, on évite le rayon fromages/yaourts/lait/crème/beurre/oeufs au supermarché et tout est censé se passer pour le mieux. 
Une petite pensée à ceux qui vivent avec un omni : envoyez les faire leurs courses eux-mêmes, et séparez les choses végétales des choses animales dans vos placards. Ca peut paraître radical comme mesure, mais je pense que ça fonctionne.

2. PAR ÉTAPES TU PROCEDERAS.

Certains omnis et certains végétariens sont passés végétaliens du jour au lendemain. Franchement, je les félicite ! Moi en tant que grosse carniste issue d'une famille de carniste intolérante, je ne me sentais pas du tout d'arrêter du jour au lendemain ET la chair ET les produits d'origine animale, par peur des reproches et car cette alimentation m'était totalement inconnue. 
J'encourage les gens à passer végétalien direct, ça évite toute cette galère de transition ! Mais pour mon cas j'ai procédé par étapes : 

1. Toujours cuisiner végétalien (chez soi et / ou en dehors) : ça, c'est plutôt facile étant donné que si on achète pas, on a pas pas de produits d'origine animale chez soi. 
2. Arrêter de manger des oeufs : ciao omelettes, oeufs à la coque,  au plat, etc. J'ai d'abord arrêté de manger des oeufs "directement"
3. Arrêter de manger des choses qui contiennent des oeufs : gâteaux industriels ou chez des amis, etc.. 
4.  Boycotter les fromages industriels : Babybel, kiri, gruyère/camambert/comté de sous-marques, etc. puis, boycotter les fromages qui sortaient d'usine donc qui ne venaient pas de ferme.
5. Ne plus manger de produits contenant crème ou lait : au niveau du lait, ce fut plutôt facile pour moi étant donné que rien que l'odeur me répugne et que je ne peux pas en boire, ni en milkshake, ni en chocolat chaud tant ça m'écoeure. En revanche, dans les gâteaux c'est vraiment pas pareil, y'a du lait mais on le sent pas, donc ciao gâteaux, et idem pour les plats à base de crème. 
6. Ne plus manger de fromage en semaine : vu que j'étais chez moi, tout allait bien, pas de plateaux de fromages à la fin du repas, ni de raclette/fondue sous mon toît. Hors, le week-end c'est totalement différent !  Ca permet de réduire progressivement la souffrance.
7. Ne plus manger de fromage en semaine, ni les week-ends mais occasionnellement, pour se faire plaisir et sans abuser : je mangeais un petit morceau de fromage à la fin du repas à condition qu'il m'ait l'air clean et que ce soit un fromage que j'aime vraiment plus que tout au monde. Ou bien, juste avant que j'abandonne réellement, j'ai mangé une fondue au fromage. Puis, j'ai dit ciao.
8. Ne plus manger de fromage du tout du tout du tout. (Cf plus bas)

 

 

2. LES ÉTIQUETTES TU DÉCRYPTERAS

Pour les choses qui contiennent des produits d'origine animale, bonne chance : vous deviendrez un véritable expert dans le décryptage d'étiquettes. Déjà en tant que végétarienne j'étais choquée qu'il puisse y avoir des dérivés de viandes et poissons dans des choses improbables pour moi, comme la tapenade ou la sauce nuoc mam. Mais quand on fait gaffe à la compo dans l'optique de manger végétal, c'est encore plus difficile ! Graisse butyrique, certains additifs alimentaires contenant le mot "sodium".. Franchement c'est pas évident ! Surtout qu'il y en a également dans des produits improbables : chips, épices, etc..
Je tiens à précisé que "peut contenir des traces de : oeufs, lait, miel", ne signifie pas forcément que le produit en contient, c'est juste qu'il est fabriqué dans un atelier de fabrication qui utilise ces produits, c'est pour prévenir les gens allergiques. et protéger l'entreptrise d'éventuels procès. Dans tous les cas, les quantités sont quasi-nulles.
CE LIEN peut vous aider à mieux comprendre si certains additifs alimentaires au nom impronoçable sont végéta*iens ou non. Sinon, il y a aussi le site WebAdditifs qui est bien fait.

 

3. TON VÉGÉTALISME TU ASSUMERAS.

Le fait d'avoir annoncé votre végétarisme a déjà créée une onde de choc au sein de vous entourage ? On vous a demandé si les carottes hurlaient quand elles étaient arrachée de la terre puis découpées ? On vous fait souvent la blague "va brouter l'herbe dehors LOL" ? 
Oui, c'était relou. Mais le plus gros du chemin est fait. 
C'est une des choses qui me gênaient au début : les gens qui s'étaient adaptés a mon végétarisme me porposaient des généralement des repas contenant des produits d'origine animale  : raclette, fondue, légumes grillés au beurre, cake salés à base d'oeufs et pâtes sauce crème. C'est super gentil ! Mais non, j'aimerais aller plus loin. Sauf que c'est pas évident de demander aux autres de rechercher encore plus loin des choses à nous proposer ! 
Mais bon, voilà, si déjà je suis végétarienne, enlever beurre/crème/oeufs/lait/fromage de mes repas, c'est pas si difficile non ? Si je le fais chez moi, même pour de scarnistes ça devrait pas être trop dur. 
Par ailleurs, dire aux autres que NON, j'en mange pas, parce que c'est de la souffrance et que ça m'a pris du temps à éliminer certaines choses de mon alimentation, ça coûte rien. Vous allez peut-être passer pour un extrémiste, mais être en accord avec ses convictions c'est l'essentiel non ? Par ailleurs, vous n'imposez à personne de manger comme vous.
Autrement dit : si vous les embêtez déjà avec votre végétarisme, allez au moins jusqu'au bout.

 

4. DANS TON ENTOURAGE, DES MENUS TU PROPOSERAS.

Gros problème à ce niveau là pour moi. Ils m'invitent, c'est cool, mais que faire ? Je préviens bien que les remarques de type "t'es chiant(e) hein !" / "tu peux pas faire un effort ? Ca va pas te tuer?" vont fuser. 
J'avoue que je n'ai jamais demandé à un omni de cuisiner quelque chose de vegan pour moi, parce que la plupart de ceux que je connais ne savent pas lire l'étiquette, méprisent mon végétalisme et pensent qu'il est impossible de cuisiner sans animaux ou produits d'origine animale. Du coup, par précaution, et pour être sûre de manger un truc bon (oui, parce qu'en plus la cuisine végétale c'pas leur fort, m'enfin faut les comprendre aussi) et VRAIMENT végétal j'évite ce genre de requêtes. 

 

Comment devenir végétalien ?

Avant de commencer, deux-trois choses fondamentales : 
1. DEMANDER A L'AVANCE CE QU'IL Y A A MANGER (même si c'est impoli)
2. PRÉVENIR DE TOUTES LES CHOSES QU'ON NE CONSOMME PAS (je pense notamment aux bouillons de poule/boeuf/pot au feu)
3. NE JAMAIS CÉDER AU "ALLEZ, FAIS UN EFFORT !"



Après ces précautions, plusieurs solutions s'offrent à vous : 

- Ramener votre repas partout, tout le temps : Préparer un petit truc vite fait pour que le repas soit quand même un moment convivial et que vous scrutiez pas l'assiette des autres en pleurant afce à vos trois haricots verts.
- Proposer à son hôte de faire quelque chose de vegan et qui ne nécéssite pas de préparations ni d'ingrédients trop extrêmes. J'avoue que je n'ai jamais tenté cette technique, et que j'ose pas vraiment. Mais bon, pâtes + sauce tomate nature, ou taboulé, salade de lentilles, ça n'a jamais tué personneà préparer..
- Ramener un accompagnement/ un dessert / un truc pour l'apéro supplémentaire à ce que votre hôte a préparé afin que vous puissiez manger quelque chose et que les autres puissent goûter aussi. C'est une chose que je fais assez souvent, et généralement les gens aiment bien goûter. J'ai déjà ramené des saucisses vegan à un barbecue, des salades à un buffet, une soupe pour l'entrée, des toasts avec des tartinades à l'apéro, etc.. 
Bon, après j'avoue que ce genre d'actes est plus motivé par mon instinct de survie gatsronomique que par l'envie de faire goûter des choses aux autres, mais bon, on s'en fout.
- En dernier recours, éviter : il y a trois semaines, j'étais invitée à une soriée raclette. Par flemme de faire du fauxmage et par peur de trop fortes tentations et critiques, j'ai décidé tout simplement de ne pas y aller. C'est un peu lâche, mais je pense que je n'aurais pas passé une bonne soirée. Du coup, si vous sentez que y'a moyen qu'il y ait un petit craquage, un conseil : évitez.
J'avoue que c'est super extrême comme pratique, mais c'est comme ça que j'ai arrêté ! 

 

5. DEMANDER DES PLATS VEGAN AU RESTAURANT, TU OSERAS.

Aller au restaurant, qui était de loin une de mes activités favorites lorsque j'étais omni s'est révélé être un véritable calvaire en devenant végétalienne. Du coup j'y vais soit quand je sais qu'il y a quelque chose à manger que j'aime et qui est végétalien, soit j'y vais pour accompagner mes amis. Bien souvent, c'est la deuxième option qui m'amène à pousser les portes de ces établissements, sauf pour les restaurants japonais (SALADE WAKAME + MAKI AVOCAT ♥), ou certains restaurants asiatiques (CHAMPIGNONS NOIRS, SOJA ET NOUILLES DE RIZ AU WOK SAUCE CACAHUETES♥). Quand c'est le cas, j'ai appris à me mettre dans l'optique que je vais partager un moment "convivial" avec des personnes, et que même si ce sera pas le meilleur repas de ma vie, je pourrais me rattraper en faisant des choses que j'aime chez moi. 
Bref, à la base c'était plutôt un calvaire pour moi parce que j'osais pas demander à ec que l'on me prépare un plat sépcial, et je me contentais de manger quelque chose de végétarien. Mais maintenant, j'ai découvert la magie du téléphoooooone♥ : si je sors sur un coup de tête, j'appelle le restaurant avant pour savoir s'il font des plats végétaliens. Si la sortie est programmée à l'avance, j'appelle la veille pour que l'on me prépar un repas végétalien, et précisant bien tout ce que je ne mange pas. (Cette astuce ne marche pas pour les buffalo grill et autres dégeulasseries industrielles du genre où le cuisiner est généralement un jeune qui a raté son orientation post-bac) Au début, j'osais pas utiliser cette alternative, mais maintenant ça y va ! 
Dans les cas où je suis bloquée, je prends un plat qui est généralement commun à tous les restaurants, mais jamais sur la carte : SALADE + FRITES. Ok, ça fait un peu pitié, mais ça cale le ventre, et pour quelqu'un qui n'a jamais l'occasion de faire des frites, ça rend heureux. Dans tous les cas j'utilise uniquement cette technique quand je sors avec des amis de manière impromptue.

(désolée si cette image vous a brûlé la rétine pendant un quart de seconde)

(désolée si cette image vous a brûlé la rétine pendant un quart de seconde)

6. TE PASSER DE FROMAGE, TU OSERAS

Comme je l'ai dit plus haut, et comme plein de végétariens en transition le savent très bien, le fromage est l'une des choses plus difficiles à abandonner. En effet, il paraît que la caséine contenue dans le lait de vache (et sûrement dans les autres) est censée rendre le veau addict au lait de sa mère. Sauf que dans notre cas, vu que ce n'est pas ce bébé veau qui consomme ce lait, mais que nous lui prenons de manière relativement ignoble, il semblerait que le composant addictif de la caséine fait effet sur nous. Du coup, impossible de se passer de fromage à moins de le vouloir vraiment ! 
Il semblerait qu'après un certain temps de "sevrage" (oui, c'est vraiment fou), notre corps ne réclame plus cette caséine. Au bout deplus ou moins trois semaines, envolées les envies de fromage ! En tout cas ce fut mon cas. Je m'en suis passée pendant une semaine, puis un mois, et au final l'idée d'une raclette (dont je raffolais avant) ne me fait plus grimper aux rideaux. 
MAGIC ! 

7. TROUVER DES EXCUSES, TU EVITERAS
 

"Ouais, mais y'avait que ça à manger en fait" : t'avais qu'à prévoir le coup. Ce monde hostile n'est pas fait pour les végétaliens (mais bientôt j'espère!), du coup faut s'adapter. Mais au lieu de s'adapter en mode "je fais des concessions parce que la vie est trop méchante avec moi", on prépare son repas, on téléphone, on se trimballe avec un petit goûter dans son sac. 
"Oui mais le fromage j'aime trop ça moi !" : désolée mon petit, mais quand on veut, on peut. D'autant plus que si on réfléchit comme ça, c'est que l'on fait passer son bien-être avant celui des animaux. A méditer.

"Mais c'est trop dur !" : Tu crois que la vie des animaux elle est facile toi ? BON.
Perso, j'aurais bien aimé que quelqu'un me poursuive avec une pancarte pour que j'évite ce genre de bêtises ! 

(LISTE NON EXHAUSTIVE !)

 

8. DES ALTERNATIVES, TU TROUVERAS.
 

C'est sûr qu'on peut vivre sans. Mais bon, quand on est fan de fondue de poireaux à  la crème, de saucisses grillée sur le barbecue, de muffins ou de tarte au citron, et que ces alternatives existent version végane, c'est plutôt sympa ! 
Par ailleurs ça aide à la transition. Si je n'avais pas trouvé cette recette de tarte au citron vegan, je pleurerais devant les pâtisseries et ne serais pas à l'abri d'un craquage ! En plus, y'a plein de choses qu'on peut remplacer hyper facilement : 
lait -> laits végétaux (amande, riz, soja, noisette..)
crème -> crème végétale (avoine, riz, soja 
oeufs dans les préparations -> compote de fruits, graines de chia, maïzena.. (autres ICI)
oeufs à manger comme ça -> crambled tofu, farine de pois chiches ou avocat pour le vrai goût de l'oeuf !
fromage -> faux-mages à tartiner style boursin, faux mage en tranches style gruyère ou cheddar, fauxmage à raclette..
viande -> (au niveau du goût hein !) charcuterie végétale, steaks de soja, saucisses végétales, fausses viandes, faux gras..
poisson (au niveau du goût hein !) -> fausse crevettes, algues pour l'arôme, faux filets de poisson panés

La plupart des produits que je cite sont industriels, mais on peut bien sûr les faire soi-même ! 

 

Je complèterais cette liste très bientôt, en attendant, merci d'avoir lu tout ce blabla (qui m'a pris un temps assez conséquent qui a empiété sur mon timing révisions).

En espérant avoir été utile ♥

Commenter cet article

Claire 09/01/2016 01:23

Ce soir mon copain m'a offert le bouquin "vegan" de marie laforet et je me disais justement en mon for intérieur "ça y'est à partir de ce soir je deviens végétalienne je le sens! demain direction le biocoop pour trouver tous les ingrédients dignes de ce nom!" et là je tombe sur ton article.. C'est donc si duuuuuuur ? snif. J'avais pas pensé à ce détail: les autres. Je suis toujours pas sortie de l'auberge... ^^ en tout cas c'est trés sympa à lire avec ces petites notes d'humour qui donne presque un côté léger à cette énorme transition et bravo à toi.. :p

Anej 22/01/2015 22:26

Bonjour!
Bon alors moi le truc qui me bloque c'est les invitations chez les gens, vraiment. Comme toi, je ne me vois pas leur demander de cuisiner vegan pour moi (tu dis qu'on les fais déjà chier avec notre végétarisme alors autant aller jusqu'au bout, mais je ne suis pas d'accord: autant cuisiner sans viande, chez la plupart des gens, c'est envisageable, autant je suis sur le cul de voir à quel point les produits d'origine animale sont utilisés partout, tout le temps, systématiquement, pour assaisonner, sans y penser. Le beurre dans les pâtes par exemple. Les gâteaux sans oeufs, c'est inenvisageable. La pâte à tarte, c'est meilleur au beurre. La crème dans la soupe. Fin bon ma belle-famille notamment cuisine beaucoup au beurre alors leur demander de mettre de l'huile...). Et ramener mon plat à chaque fois, mon dieu qu'est-ce que ça me pèserait je crois... Déjà que je passe ma vie à cuisiner, et que je REVE qu'un jour quelqu'un fasse un repas vegan pour moi... Après peut-être justement il faut forcer les gens pour qu'ils acceptent de le faire, pour qu'ils s'y fassent peu à peu. Parce que là ça fait plusieurs années que j'attends que mon entourage fasse un effort (tout petit, juste l'huile dans les pâtes ce serait sympa) et ça vient pas...Mais le restau oui, les appeler avant, ça c'est un truc que je pourrais peut-être faire en plus de ce que je fais actuellement.

Anej 30/01/2015 17:54

Bah oui j'avoue que j'aime tellement être invitée à manger que ça me pèserait vraiment beaucoup si je devais 1: soit me contenter d'un plat nul 2: soit ne plus accepter les invitations.
Et pareil, là du coup j'envisage de demander dans les restau mais bon, aller au restau et se retrouver avec une salade... Et en même temps l'autre jour je vais dans une brasserie avec d'autres professionnels de ma formation, je cherche un truc végé, je prends une omelette, bah... Payer 7 euros pour ça... Alors que ce que je me fais à la maison est mille fois meilleur (non seulement au goût, mais aussi sûrement parce que j'aime de toute façon de moins en moins les plats bourrés de fromage et d'œufs). Donc, quitte à être déçue, autant que ce soit un plat vegan :( Ou alors faut arrêter le restau... Ou trouver des restau végé, mais en France c'est encore sacrément galère. Bref bref bref...
(eh oui ma belle-famille aussi est fatigante... ils font semblant de m'écouter. Ils considèrent que c'est mon choix, ils le "respectent", mais eux n'ont pas envie quoi. En gros ils le respectent mais ne le comprennent pas : ils ne comprennent pas qu'on puisse faire des sacrifices pour une cause. C'est d'eux le fameux "la pâte à tarte c'est meilleur avec du beurre", ça me gonfle. Pourtant ils sont assez "cultivés"... Mais la remise en question chez eux ça n'existe pas, ils font ce qu'ils ont envie quand ils en ont envie, et la culture aussi c'est un plaisir à consommer selon son envie. Haha je ne pensais pas dire un jour du mal de ma belle-famille dont j'admire justement le bonheur apparent... C'est la dolce vita chez eux du coup, on fait ce qu'on a envie quand on en a envie. Mais bon, au bout de 3 ans je commence à voir les failles et à en avoir marre... C'est cliché haha.)

Laïka Dunkel 30/01/2015 16:01

Je rebondis sur l'avis d'Anej, le végétarisme est difficile à faire accepter, le végétalisme est (quasi) impossible. Ma chèèèère belle-mère n'hésite pas à nous envoyer des piques (parfois méchantes) parce qu'on mange ni viande, ni poisson, si on lui dit qu'en plus, maintenant, on ne mange plus d'oeufs ni de produits laitiers, ça va être l'enfer ++ chez les parents de mon mari (oui, ++, car c'est déjà l'enfer :p )

Marouflette 23/01/2015 17:04

Oui, peut-être que tu n'as pas tort ! ce qui me fait peur, c'est de me retrouver à manger une salade et deux tomates quoi >< ou des trucs vite fait alors que les invités, eux, mangent un super plat, c'est pour ça que j'évite! j'avoue que les motiver un peu, progressivement, à cuisiner vegan ce serait bien mais j'ai tellement l'impression que c'est peine perdue que j'ose pas essayer : qui ne tente rien n'a rien! :)

Linda 08/01/2015 13:52

Merci pour ton article. Je me suis doutée que ça avait dû te prendre du temps, mais je peux te dire que c'est du temps qui m'a été profitable. Bonne journée.

Laïka Dunkel 31/12/2014 15:28

Hello :)

Bonne fin d'année et meilleurs voeux pour la prochaine!

Ces dernières semaines, mon mari et moi nous avons goûté différents "fromages" végétaux à tartiner (c'est tout ce que nous avons dans notre coin :( ) Ils sont super bons!!! Le tofu fermenté rend super bien.

Voilà pour mon petit témoignage du jour^^

Laïka

darkvalkyrie 28/12/2014 00:02

hahaha on dirait moi il y a 3 ans.
en fait le plus dur dans de venir vegan, c'est devenir vegan.
quand c'est fait, ça va tout seul après...

thai rawk 27/12/2014 18:21

Félicitation pour ton moiniversaire c'est top!!
ton article est bien fait après tes conseils ne sont pas applicables pour moi (Mr est omni donc le frigo est partagé en 2!) mais les oeufs et produits laitiers ne me tentent absolument pas... Le fromage c'est autre chose même si j'en mange très peu (c'est dur d'en trouver sans présure!), je pense malgré tout arriver un jour à m'en passer comme j'ai pu le faire avec le reste... J'y vais doucement mais surement ;)

Enfin tout ça pour te souhaiter un joyeux Noël :D

Marouflette 27/12/2014 22:25

Ahah merci beaucoup ! Ce n'est qu'une question de temps de toutes façons :)
Joyeux Noël à toi aussi !

Laïka Dunkel 17/12/2014 19:57

Re :)

Dans mon autre commentaire, j'ai oublié de te dire que ton article est bien fait :)

Pour faire mon petit témoignage, je dirais que le fromage restera toujours quelque chose dont je raffole (l'addiction ne passera pas), mais il y a quelques années, quand j'ai appris le coup de la présure, j'ai arrêté d'en manger du jour au lendemain (littéralement, sans exagérer). Depuis, j'ai remangé du fromage sans présure, mais si j'ai pu arrêter une première fois, ça ira aussi pour la seconde^^ Il suffira que je repense à cette vidéo que j'ai été incapable de regarder (où on montre une chèvre séparée de son petit, aucune image "dure", juste une tristesse insoutenable, j'ai entendu juste la première note de la musique qui accompagnait la video et j'ai fondu en larmes) Idem quand Gary dans son discours parle de la souffrance affective de la vache à qui on vient d'enlever son petit.

Re bonne soirée

Marouflette 17/12/2014 21:53

j'ai également vu cette vidéo, quelle tristesse ! Merci pour le compliment en tout cas :)
Courage pour la suite, et bonne chance avec la belle-mère ! L'important c'est d'être en phase avec soi-même, même si c'est la galère, tout rentrera dans l'ordre au bout d'un moment, et elle sera bien obligée de l'accepter :)

(j'ai moi-même une grand-mère un peu sceptique, du coup je passe pour l'hurluberlue, mais on s'y fait!)